svmed logo

Organisme affilié à la Société Vaudoise de Médecine

Fermer la bannière

FAQ

Comment choisir un médecin psychiatre – psychothérapeute ?

Vous souhaitez choisir un médecin psychiatre – psychothérapeute et vous ne savez pas comment vous orienter parmi les différentes possibilités thérapeutiques, ni sur quelles bases et selon quels critères faire votre choix ?

Sachez tout d’abord que les psychiatres – psychothérapeutes sont des médecins diplômés, qui ont accompli une double formation de spécialistes en psychiatrie et en psychothérapie. Cette longue formation apporte déjà des garanties de bases quant au sérieux et à la compétence nécessaire pour vous prendre en charge. Tous les médecins membres de notre association méritent donc déjà a priori votre confiance.

Pour faire votre choix, l’expérience nous montre que le mieux est de vous référer en premier lieu à l’avis de votre médecin habituel, celui qui a déjà votre confiance. Ce dernier pourra en effet vous donner quelques noms de psychiatres à contacter, qu’il jugera bien adaptés à votre situation et à votre personnalité.

Ensuite, il est normal que vous puissiez rencontrer un ou plusieurs psychiatres avant de faire votre choix définitif, en tenant compte de vos premières impressions et des affinités naturelles qui existent entre deux personnes, comme cela est le cas dans toute rencontre interpersonnelle. En règle générale, mieux vaut éviter de rencontrer plusieurs psychiatres en même temps, ce qui ne ferait que vous embrouiller l’esprit. Voyez-en un pendant un ou deux entretiens, puis, si votre impression n’est pas vraiment positive, dites-le lui (nul n’est sensé convenir à tout le monde et il ne devrait pas s’en offusquer) et partez à la recherche d’un autre psychiatre.

Si, après avoir rencontré plusieurs psychiatres, vous n’êtes toujours pas parvenu à vous décider, vous devriez vous interroger sur votre motivation et vos propres réactions face à autrui. Prenez alors conseil auprès de quelqu’un qui vous connait bien (un proche, un ami, etc.) pour discuter de vos doutes, puis osez faire le pas de vous engager dans une thérapie. Si vous vous trompez, il sera toujours possible de changer de psychiatre plus tard.

Il est bien sur important de tenir compte également des spécificités qui distinguent les psychiatres les uns des autres, telles que la langue parlée, le genre masculin ou féminin, l’âge, la méthode thérapeutique utilisée, etc. Cependant, l’expérience montre que les affinités personnelles (parfois inconscientes) jouent un plus grand rôle. Tenez donc compte à la fois des qualifications du psychiatre et de ce que vous dicte votre bons sens, votre raison et votre intuition.

Le plus important finalement : ne jamais choisir un psychiatre sous la contrainte ou l’emprise d’une tierce personne, contre son intime conviction ou par pure commodité superficielle. La confiance en votre médecin psychiatre est en effet la plus grande qualité à rechercher et cela devrait prendre le dessus sur toute autre considération.

Dr Jacques Baudat

Que faire en cas de conflit avec un thérapeute ?

La première chose à faire est d’en parler librement avec lui, qu’il s’agisse d’une question d’attitude, d’un mot maladroit, d’un désaccord sur une facture. Si la première solution a échoué ou si elle n’est pas applicable, vous pouvez prendre contact avec le président du GPPV. En dernier lieu, la Société Vaudoise de Médecine dispose d’un médiateur .

 

Combien coûte une séance ?

Selon la tarification officielle TARMED, une consultation de psychiatrie qui durerait par exemple 50 minutes, ce à quoi il faut ajouter le temps d’étude de dossier et/ou de préparation à la séance (environ 0 à 20 minutes, selon les situations), coûte 190-230.-.

En deçà de deux séances hebdomadaires durant une année, toutes les prestations sont prises en charge par l’assurance de base (LAMal), moins franchise (300 à 2500.- selon votre police d’assurance) et participation (10%, mais max 600.-/an).

 

J’aimerais savoir si un psychiatre peut compter comme rendez-vous manqué un rendez-vous excusé une semaine à l’avance.

La facturation des rendez-vous manqués trouve son origine dans le fait que l’organisation du cabinet médical est basée sur l’agenda et qu’un rendez-vous annulé ne peut être remplacé par un autre dans un court délai.
Les médecins qui souhaitent obtenir le paiement des honoraires en cas de consultation ratée par le patient peu- vent le faire, moyennant une information préalable au patient. Ainsi, ils doivent l’indiquer de manière visible – par exemple dans la salle d’attente – ou informer les patients oralement de cette modalité. Une information complémentaire sur les cartons de rendez-vous est également opportune. Sans cette information préalable, aucune facture ne peut être adressée au patient pour un rendez-vous manqué ou non annulé suffisamment à l’avance (24 heures).
La facturation se fait de manière forfaitaire et n’entre pas dans le cadre de la LAMal; elle n’est donc pas remboursée par les caisses-maladie. Sur la note d’honoraires, le libellé suivant doit apparaître : « rendez-vous manqué ou annulé ».